logo zenoption devenir rentier avec les options
AccueilPlan du siteContact
Voulez-vous augmenter le rendement de vos actions ?

Quelle est la valeur théorique du bitcoin ?

Comme vous allez l'air d'apprécier le contenu de zen-option, vous voudrez sans doute découvrir comment augmenter votre rendement de 10%.

La réponse est dans mon guide des options à télécharger ici.

+10% de rendement ?

inscription-newsletter

Il est important de comprendre un minimum le bitcoin et les cryptomonnaies avant d’y investir. Préparez-vous à investir dans cet actif récent grâce à cette introduction aux cryptomonnaies.

Cet article est la deuxième partie (sur 3 parties) du

Guide complet de l’investisssement alternatif. La troisième et dernière partie traite des systemes algorithmiques de trading.

L’investissement alternatif moderne : les cryptomonnaies

Une cryptomonnaie est un type de monnaie numérique (intangible) qui est conçue pour être utilisée comme moyen de paiement ou d’échange. La cryptographie est utilisée pour sécuriser et vérifier les transactions sur Internet, ainsi que pour surveiller la création d’unités supplémentaires. La plupart des cryptomonnaies sont à code source ouvert.

Les cryptomonnaies peuvent être émises et contrôlées soit de manière décentralisée (par le biais d’un grand livre public constitué par tous les membres du système dans lequel figurent toutes les transactions qui se produisent au sein du réseau appelé système Blockchain), soit de manière centralisée, que ce soit par le biais des banques centrales ou d’autres entités publiques ou privées. Un certain niveau de contrôle est nécessaire pour s’assurer que toutes les transactions sont légitimes, et pour éviter les activités frauduleuses telles que les doubles dépenses (le même montant est dépensé deux fois).

Après avoir examiné la définition plus large des cryptomonnaies, nous ne nous intéresserons dans cette section qu’à celles qui sont contrôlées de manière décentralisée, et au Bitcoin en particulier, qui a été le premier à commencer à fonctionner en 2009. Depuis lors, d’autres sont apparues avec des caractéristiques différentes (chacune avec ses avantages et ses inconvénients) telles que Litecoin, l’Ethereum, le Bitcoin Cash, le Ripple,…

Ces cryptomonnaies sont des actifs qui sont monétaires (non financiers), réels (pas le passif de quiconque), en devenir (ils sont au début de leur existence), intangibles (numériques), privés (ils ont émergé du marché, pas de l’État) et sont émis et transmis de manière décentralisée. Il n’y a pas d’intermédiaires et ils peuvent être utilisés de manière anonyme. De plus, les transactions avec les cryptomonnaies sont irréversibles.

Nous tenons à souligner qu’il s’agit d’actifs monétaires naissants (une sorte de démarrage monétaire qui s’accompagne de risques et de récompenses éventuelles) et non d’actifs finaux.

Cette dernière précision est importante car la valeur intrinsèque de tout actif financier est équivalente aux flux de trésorerie futurs actualisés que cet actif générera d’ici à l’apocalypse (pendant le reste de sa vie utile). Par conséquent, la valeur intrinsèque d’un actif financier qui ne générera pas de flux de trésorerie positifs sera nulle.

Les cryptomonnaies ne génèrent pas de flux de trésorerie, mais comme elles ne sont pas des actifs financiers, on ne peut donc pas dire que leur valeur intrinsèque est nulle.

Donc, combien vaut réellement une cryptomonnaie .. ? Et quelle est la valorisation théorique du bitcoin ?

6-cryptos

La valeur intrinsèque d’une cryptodevise

Les cryptomonnaies doivent être évaluées en tant qu’actifs monétaires, et la valeur d’un actif monétaire dépend de son utilité en tant que telle.

Les cryptomonnaies décentralisées actuelles répondent à de nombreuses exigences nécessaires pour qu’une chose devienne de la bonne monnaie : offre limitée, homogénéité, unités divisibles, reconnaissables, difficiles à contrefaire, et faibles coûts de transport, de transfert et de stockage.

Rappelons-nous les différentes utilisations de la monnaie, et voyons si certaines s’appliquent également aux cryptomonnaies :

  1. Moyens d’échange et de paiement : Il est actuellement utilisé pour certaines opérations de recouvrement et de paiement (certaines personnes utilisent des cryptomonnaies pour payer certaines choses, et sont également payées en cryptomonnaies), mais par rapport au nombre total de transactions, celles en cryptomonnaies ne représentent qu’une très petite fraction. Elles ne sont pas très répandues.

  2. Stockage de valeur : De même, très peu de personnes déposent une partie importante de leurs économies dans des cryptodevises. Pour l’instant, de l’épargne est conservée dans des cryptomonnaies à titre spéculatif. Mais il existe aussi des solutions à ce problème, comme les stablecoins (cryptos qui ont une valeur adossée à un actif réel comme l’or, ou plus anecdotiquement des boites de sardines).

  3. Unité de compte : Les unités de référence ou de compte sont toujours dans les monnaies fiduciaires des États (USD, EUR…).

Cela dit, elles n’ont pas besoin de remplir toutes ces fonctions pour avoir du succès. L’utilisation d’une cryptomonnaie comme moyen de paiement ne signifie pas qu’elle doit être utilisée comme unité de compte ou comme réserve de valeur (il est possible de convenir d’un prix dans d’autres monnaies ayant une valeur plus stable, puis d’effectuer le paiement en cryptomonnaie à sa valeur au moment de la transaction). Il n’est pas non plus nécessaire de conserver de gros montants de réserve en cryptodevise.

Mais quelle est la valeur réelle des cryptomonnaies, et comment l’estimer ?

Il est actuellement impossible de connaître leur valeur réelle. Si elles ne parviennent pas à devenir de la vraie monnaie, et que personne ne les utilise comme un actif monétaire liquide, alors leur valeur intrinsèque sera nulle. En revanche, si elles réussissent, leur valeur dépendra du degré d’acceptation et du nombre de personnes qui les utilisent. Les moyens d’échange deviennent d’autant plus utiles que le nombre de personnes qui les utilisent est élevé (effet de réseau).

L’approche théorique que nous avons adoptée ci-dessous est calculée en utilisant le Bitcoin comme exemple, mais pourrait également être appliquée à toute autre cryptomonnaie.

Le calcul de la capitalisation boursière du Bitcoin est facile car l’offre est limitée à 21 millions de Bitcoins, ce qui signifie qu’actuellement, la capitalisation totale serait de 17 000 USD (le prix d’un Bitcoin) x 21 millions = 357 milliards USD.

Bien que, de ce montant, il faudrait soustraire les 2,5 millions qui doivent encore être minés, et les 3 ou 4 millions qui sont peut-être perdus à jamais.

Voici ci-dessous une comparaison avec certaines devises fiduciaires :

  • Dollar US : 1424 milliards USD
  • Euro : 1210 milliards USD
  • Yuan chinois : 1000 milliards USD
  • Yen japonais : 856 milliards USD
  • Roupie indienne : 250 milliards USD
  • Rouble russe : 117 milliards USD
  • Franc suisse : 76 milliards USD
  • Ainsi, à titre d’exemple, si à l’avenir le nombre d’utilisateurs de Bitcoin dans le monde atteignait une taille similaire à celle des utilisateurs de yen (2% de la population mondiale et 4% des réserves de change internationales), le prix actuel du Bitcoin pourraient encore être plus de 2 fois supérieurs.

C’est une première piste vers une valorisation théorique du bitcoin.

On pourrait également le comparer au prix de l’or, étant donné l’apparente similitude entre ces deux actifs.

Comme nous l’avons déjà vu, le stock d’or s’élève actuellement à environ 190 000 tonnes x 58 millions USD par tonne = 11 020 milliards USD.

Cela signifie que pour que l’or et le bitcoin aient la même capitalisation à l’heure actuelle, le prix d’un bitcoin devrait être d’environ 524 760 USD.

Mais comme nous l’avons dit, il ne s’agit que d’un exercice théorique. Ces montants ne représentent qu’une valeur théorique pour le bitcoin. Il est impossible de savoir ce qui se passera réellement au final.

Autres arguments en faveur d’une monétisation des cryptomonnaies

  1. Elles sont apparues spontanément grâce à une initiative privée, comme l’argent l’a fait dans de nombreux autres cas dans l’histoire de l’humanité.

  2. Les cryptomonnaies possèdent de nombreux attributs nécessaires à l’utilisation comme argent et, à certains égards, elles sont meilleures que la monnaie courante (devises classiques) : coûts de transaction plus faibles, transactions instantanées, anonymat possible, impossibilité de les falsifier, impossibilité de manipuler leur valeur (anti-inflation), possibilité d’éviter l’imposition et la répression financière des gouvernements (elles ne peuvent être ni gelées ni confisquées), etc.

  3. Elles ont reçu une très mauvaise presse (souvent associée au blanchiment d’argent et au trafic de drogue…), ont été associées à de nombreux scandales (MtGox, QuadrigaCX, PlusToken…) et pourtant malgré cela, non seulement leur prix n’a pas chuté, mais il a même augmenté. Plus le temps passe, plus il est probable qu’elles seront mieux acceptés dans la vie des gens.

  4. Si les pays renforcent leurs réglementations, s’ils visent à éliminer l’argent liquide afin d’accroître le contrôle sur la vie des gens et s’ils maintiennent la pratique largement répandue consistant à détériorer la valeur des monnaies fiduciaires (n’oubliez pas que le monde est très grand et que la plupart des monnaies d’État sont très mal gérées), toutes ces actions ne feront qu’accroître le désir et le besoin de trouver un substitut monétaire à la monnaie fiduciaire.

  5. Il devient de plus en plus facile de commencer à utiliser les cryptomonnaies. Il existe des centaines de cours, d’articles informatifs et de services qui facilitent l’utilisation et le stockage des cryptomonnaies.

  6. De nos jours, il est déjà possible d’utiliser les crypto dans une grande partie de notre vie privée (distributeurs de cryptomonnaies, services qui permettent de payer des factures en cryptomonnaies…) ainsi que pour les affaires (les smart contracts sont déjà utilisés par nombre d’entreprises)

Des arguments contre l’émergence des crypto en tant que monnaie

  1. Le principal ennemi des cryptomonnaies n’est pas n’importe qui, mais plutôt ceux qui ont des armes et la capacité d’être à la fois le juge et le jury dans ce litige. Le danger peut se présenter sous différentes formes : les Etats peuvent interdire les cryptomonnaies, durcir considérablement les réglementations, augmenter la fiscalité, tenter de les détruire (peut-être pas tout le système, mais les comptes des utilisateurs auprès des plate-formes d’échange de manière à miner toute confiance ou crédibilité), ils peuvent fermer ou bloquer des serveurs, des sites ou des sociétés de services Internet privés (marchés de cryptomonnaies, sociétés qui acceptent des cryptos comme moyen de paiement, etc…), limiter leur interchangeabilité, répandre des rumeurs infondées et les diffamer…

  2. Actuellement, le principal problème des cryptomonnaies est la fluctuation de leur valeur ou de leur pouvoir d’achat, ce qui signifie qu’elles constituent une mauvaise réserve de valeur et ne peuvent être utilisées comme unité de compte. Cette forte volatilité, due aux changements spectaculaires de la demande (et non de l’offre totale, qui est très rigide et prévisible) est difficile à réduire car leur utilisation est très spéculative et la base d’utilisateurs est encore très faible.

  3. Le matériel et les logiciels informatiques sont encore très peu sûrs, et le fait que les cryptomonnaies soient basées sur des ordinateurs peut inciter à des cyberattaques afin de voler des clés privées et de contrôler la capacité de calcul de quelqu’un pour l’exploitation minière.

  4. Il peut y avoir une erreur de conception dans les bases cryptographiques à partir desquelles les protocoles sont construits, ou il se peut que le développement de l’informatique quantique la rende peu sûre. Si les banques centrales deviennent suffisamment responsables dans la manière dont elles gèrent leurs monnaies fiduciaires respectives afin de maintenir leur valeur relativement stable, et si l’utilisation d’espèces n’est pas interdite, alors il y aura moins d’incitations à utiliser les cryptomonnaies… cependant, en pratique, il est impossible pour la moitié (et encore moins pour TOUS !) des banques centrales et des gouvernements de se comporter de manière responsable.

Conclusion sur l’investissement alternatif en cryptos

Les monnaies fiduciaires classique (euro, dollar, etc) sont sans aucun doute une mauvaise forme de monnaie, et le système monétaire et bancaire actuel est très fragile. Les cryptomonnaies tentent d’offrir une alternative à tout cela. Elles couvrent une demande dans un monde globalisé qui souffre de plus en plus de contrôles et de réglementations. Elles tentent de rendre les transactions monétaires moins chères, plus rapides et plus faciles, ainsi que de réduire les coûts de change, de préserver l’anonymat, de lutter contre la perte systémique de la valeur de l’argent, contre les problèmes de change, le gel des comptes par les banques et la confiscation de l’argent. En bref, elles ont déjà une utilité monétaire et leur valeur n’est donc pas nulle.

Cela dit, même si nous souhaitons ardemment qu’elles réussissent, il est difficile de savoir si l’une des cryptomonnaies actuelles y parviendra, et si oui, laquelle. Ceci, ajouté au fait qu’il est impossible de les évaluer, signifie que, pour l’instant, beaucoup de gens les négligent en tant qu’actif d’investissement.

Quelle que soit la façon dont vous considérez la situation, elles remplissent toutes les conditions pour devenir une option de spéculation possible, qui pourrait soit vous faire gagner beaucoup d’argent, soit vous faire perdre pratiquement tout, ce qui est très probable.

À notre avis, la spéculation n’est pas une mauvaise chose à faire, mais vous devez être conscient de ce que vous faites.

L’investissement et la spéculation sont tous deux des moyens légitimes de gagner de l’argent, mais il existe des différences évidentes entre eux. L’objectif de l’investisseur est d’évaluer un actif, de l’acheter à un prix bas, puis de le vendre à un prix plus élevé par rapport à sa valeur intrinsèque, tandis que le spéculateur essaie seulement de prévoir si le prix d’un actif va monter ou descendre dans un certain laps de temps (normalement court), sans trop se soucier de la valeur réelle ou intrinsèque de l’actif.

L’investissement dans les cryptomonnaies ne se réduit pas à de la spéculation, car au-delà du pari que son prix va augmenter, il y a beaucoup de gens qui croient vraiment aux cryptomonnaies et qui continueront à les soutenir et à les utiliser quoi qu’il arrive. De plus, dans la mesure de leurs possibilités, ils achèteront davantage de cryptomonnaies lorsque leur prix d’achat baissera.

Quoi qu’il en soit, bien qu’il puisse être intéressant d’investir (ou de spéculer) dans des cryptomonnaies dans votre portefeuille d’investissement, nous vous recommandons de ne pas placer une grande partie de vos économies personnelles dans ce type d’actif. Comme nous l’avons vu tout au long de ce document, il existe d’autres moyens bien plus sûrs de gagner de l’argent à long terme. La meilleure chose à faire est de trouver un équilibre entre les différentes options.


Gaël Deballe

Investisseur nomade

Je m'appelle Gaël et j'ai une passion pour les options. Ajoutez à cela mon cerveau d'ingénieur dérangé. Je peux ainsi m'enfermer des jours à travailler sur une nouvelle stratégie d'options surpuissante. Puis le reste du temps, je pars à la recherche d'autres pistes de haut rendement au gré de mes voyages.

Augmentez votre rendement annuel de 10%

En utilisant la stratégie bonus dont je vous fais cadeau dans mon cours gratuit sur les options.
inscription-newsletter

Dans la même catégorie

Système algorithmique rentable sur le forex
logo zenoption devenir rentier avec les options
© 2021, Tous droits réservés.

Mentions légalesPolitique de confidentialitéConditions générales de vente

Restons en contact!